JANIS-EN-SUCRE - Desigual 00Desigual, la marque de fringues interdite aux épileptiques, fait parler d’elle à l’occasion de l’arrivée prochaine de la fête des mères. Un spot de quelques secondes a ainsi été mis en ligne au début du mois, représentant une jeune femme manifestant ouvertement son désir d’avoir un enfant.

Chez Desigual, ils sont malins. Ils se sont dit « tiens, et si pour vendre nos flashy-fringues, on faisait une pub avec une meuf complètement débile qui perce sa capote pour avoir un chiard toute seule en risquant de chopper une MST ? ». BANCO ! Qu’ils se sont dit les pubards pendant leur brainstorming. « Ah ouais, ça c’est cool ! » (slogan de la campagne. « La vida es chula » : la vie, c’est cool … pas mieux).  « Ça c’est vraiment une trop bonne idée ! En plus, avec le débat sur le droit à l’IVG en Espagne, ça va buzzer direct ! »

Et bien oui les gens ! Ça pour buzzer, ça a buzzé, mais peut-être pas dans le bon sens. Et qu’on arrête avec cette phrase merdique : « qu’on parle de moi en bien ou en mal, le principal, c’est qu’on parle de moi ». Non non, c’est un truc de meuf stupide ça. Qui se rassurent comme elles peuvent avec des dictons aussi vrais que la petite souris existe. Concrètement, en vingt secondes chrono, Desigual nous vend une gourdasse à foutre, sorte de promotion en 4 par 3 de la syphilis, ricanant de sa connerie pour avoir percé un préservatif. Les gens de la com’ se sont alors justifiés par, je cite « Percer un préservatif est un acte qui permet d’attirer l’attention ». Bon, le côté positif, c’est que la personne qui a sorti cette connerie n’est pas avocate. Et c’est plutôt rassurant pour les gens qui ont besoin d’être défendu. Maintenant, il faut reconnaitre qu’en terme de justification, c’est quand même un peu faible (oui, je manie l’euphémisme comme personne). Outre le fait que ce spot diffuse le message « je vais faire un bébé toute seule », il représente surtout ce contre quoi « solidarité sida » se bat depuis des décennies. Et baser sa défense sur une phrase aussi minable, puis continuer en expliquant que les gens y voient bien ce qu’ils veulent, c’est ce que j’appelle se désengager la queue entre les jambes. Vendre « la liberté » c’est bien, en assumer les responsabilités, c’est mieux.

JANIS-EN-SUCRE - Desigual 01 JANIS-EN-SUCRE - Desigual 02 JANIS-EN-SUCRE - Desigual 03 JANIS-EN-SUCRE - Desigual 04 JANIS-EN-SUCRE - Desigual 05