Bienvenue dans le monde du travail gratuit ! Le monde du « j’adore ton univers ! », « la marque n’a pas de budget », « donne-moi tes stats que je sache à quel point je t’exploite ». Le monde du « Hello ! Bien sûr ! Tout de suite ! Ah ah ah … j’aime tellement me faire enculer ! ». Prenez-vite place car ce monde, c’est maintenant !

Vous y trouverez de tout. Candice, 21 ans, expérience professionnelle inexistante (ah si, pardon … elle a fait un STAAAAAGE) et pourtant tellement de charisme lorsqu’elle affirme « non mais moi, je fais ça pour mon plaisir hein ! ». Candice ignore que grâce à elle, d’autres filles achèteront le dernier mascara à la mode, contribuant à l’augmentation du chiffre d’affaire annuel de la marque. Candice ignore également qu’avec toutes les autres micro-Candice, elles ont le pouvoir de faire fonctionner ou non une enseigne ; une crédulité qui arrange bien les actionnaires. Candice est souriante, vegan mais craque quand-même pour la dernière paire de Louboutin et surtout, surtout, elle aime son indépendance obtenue grâce à maman. Elle est libre … de ne pas payer de loyer, ne pas payer de facture, (mais règle quand-même son abonnement mensuel Bouygues Telecom, parce qu’elle a le sens des responsabilités), libre de passer des heures et des heures à contribuer à l’explosion de la carrière des uns au dépend de la sienne. Mais peu importe puisqu’elle le sait, elle sera une grande business women ! Bientôt 650€ dans sa cagnotte Vinted ! Si ça ce n’est pas une affaire rondement menée « alors j’sais pas c’que c’est ! » comme elle aime à le répéter.

Vous trouverez également Léa, au RSA depuis 2 ans, rêvant de gloire et d’un crédit sur 15 ans pour acheter la maison de ses rêves. Mais en attendant, elle accepte les « dons » des marques parce qu’elle le sait, un jour, ça décollera et un jour, elle sera payée pour la création de ses contenus, pour tous les produits qu’elle contribue à faire vendre. Elle enrage face à l’algorithme Instagram qui efface chaque semaine un peu plus ses chances de pouvoir se réaliser. Elle râle, elle trouve ça injuste, alors elle peste sur la copine qui s’est payé le luxe d’acheter sa communauté. Une rage vite éclipsée, vite remplacée par la satisfaction de voir 15 jours plus tard l’inefficacité de cette pirouette à la vue d’une perte quotidienne de centaines de followers. Léa est on ne peut plus attentive aux émissions de télé faisant passer les influenceurs pour de jeunes gens riches, à la vie simple et récréative … * réception d’un SMS de sa banque * – votre découvert est de 357€ / en date du 18 du mois. Les journalistes ont décidément beaucoup d’humour.

Et puis vous trouverez Jeanne, 16 ans et déjà 1857 followers sur instagram !!! « Allez, encore un peu plus de 3000 et je pourrai me faire de l’argent ! » (Jeanne sait-elle seulement que Léa au RSA en a 67640 ?). Jeanne veut elle aussi, plus tard, avoir sa part du gâteau ! Elle aussi veut pouvoir tarifer 10500€ la photo Insta pour promouvoir la montre Cluse tellement moche, mais tellement tendance ! C’est Caroline R. qui lui a expliqué ! Mais n’allez pas dire à Jeanne qu’elle est influençable ! Jeanne est juste une adolescente comme toutes les autres : dans l’air du temps. Et être dans l’air du temps … c’est être influençable. Mais quand-même avec sa propre personnalité ! Faut pas déconner ! (Jeanne elle est « vraie », elle est « entière », elle est « elle-même », elle est … comme tout le monde).

Finalement, j’crois que nous avons toutes une part de Candice, de Léa ou de Jeanne en nous. Nous obéissons « impuissantes » (ça, c’est ce qu’on veut bien nous faire croire) aux lois et aux règles des marques. On râle, on se décourage, puis on repart pleines d’espoir, pour s’écrouler puis s’enfoncer plus bas encore. Finalement, le propre d’une blogueuse / youtubeuse / instagrameuse, n’est-il pas d’être bipolaire ?… au fond … mais bien bien au fond, comme pour mieux le toucher. Bipolaire ascendant maso. C’est nous ! 😉

Bienvenue donc, dans ce monde où les marques ont besoin de nous, mais où nous sommes encore trop hésitantes, trop stupides, pour penser l’inverse. Alors en attendant que la vapeur se renverse et qu’enfin, nous puissions dicter nos propres règles, voici quelques réponses types pour partenariats foireux. Plagiez-moi, je sens que je vais adorer ça ! 😀

offres de partenariat merdique, que répondre à une mauvaise offre de partenariat, influenceurs, lettre type, réponse type, les marques nous prennent pour des jambons

« J’adore ton univers » … BLA BLA BLA … « je t’offre un code promo EXCEPTIONNEL de 30% pour que tu puisses acheter nos produits et en faire la promotion » … BLA BLA BLA « alors, ça te tente ? »

Hello (prénom de la vendeuse – receleuse AliExpress – déguisée en RP)

Merci pour cette offre de partenariat si alléchante.

Si j’ai bien compris, je dois donc payer la marque pour en faire la publicité sur mon compte personnel, sans même l’avoir sollicitée auparavant. Mais quelle fibre marchande, quel sens de la négociation, quel génie commercial ! Je trouve d’ailleurs cette offre tellement alléchante, sorte de « toi qui ne me connaissais pas et qui fermais bien ta gueule dans ton coin, tu vas maintenant me payer pour bosser pour moi. Mais comme je suis une princesse, je t’autorise à 30% de mon doigt de vaseline avant pénétration dans ton cul » ; tellement alléchante donc, qu’il me prend l’envie de t’en faire une également.

Et que dirais-tu de devenir la salariée de ma petite start-up ? Ayant moi-même une fibre commerciale très développée, je te propose donc de me rémunérer ton emploi à hauteur du SMIC seulement (je te communiquerai mon IBAN afin de faciliter le virement de tes comptes à mon PEL pour chacune de tes heures travaillées dans ma boîte). Avoue que c’est une offre qui ne se refuse pas ! Et ce serait tellement fâcheux de passer à côté … Si te souhaites plus de renseignements, je t’invite à les trouver par toi-même, puis me fournir un rapport détaillé accompagné d’une enveloppe timbrée (je peux cependant te soulager d’une incroyable remise à hauteur de 2.5% sur le prix d’un demi-timbre édenté …).

Bien cordialement dans ton anus. (le « dans ton anus » n’est qu’une petite fioriture non indispensable).

.

« J’adore ton univers » … BLA BLA BLA … « je t’offre 100€ de tenues made in China et en contre-partie, tu devras publier 3 photos Instagram, 2 stories, 1 article blog, organiser un concours pour offrir un bon d’achat de 20€ à tes abonnées, me donner toutes tes stats et laisser tes photos « libre de droit » afin que je puisse les utiliser dans un communiquer mais ça de toute façon, tu ne le sauras pas » … BLA BLA BLA « alors, ça te tente ? »

Hello (prénom du cavalier sans tête)

Waou !!! Mais quelle offre ! Je suis vraiment flattée que tu aies pu penser à moi pour une telle opportunité !

Alors, étant extrêmement intéressée par cette offre ô combien avantageuse (pour qui ?…), je ne pouvais que répondre par la positive ! En revanche, j’aurais tout-de-même une petite requête si tu me le permets. La vaseline, serait-il possible de me l’envoyer AVANT le début du partenariat ? (C’est pour atténuer la douleur tu comprends … À sec comme ça … fiou … je risque d’avoir quelques rougeurs).

Au cas où cet envoie pharmaceutique serait impossible dans les délais escomptés, et comme tu m’as l’air d’être une personne ma foi fort sympathique, je vais tout-de-même te laisser un contact qui lui, acceptera volontiers cette offre de partenariat irrésistible :
—> adresse du père noël

En te souhaitant bonne réception

Bisou. (Sans S encore. Toujours baser sa générosité à hauteur de celle de son interlocuteur).

.

« J’adore ton univers » … BLA BLA BLA … « je t’offre 1,5% des ventes que tu génèreras. Certaines filles parviennent même à se dégager un très très bon salaire avec cette méthode ! » … BLA BLA BLA « alors, ça te tente ? »

Hello (prénom de la vendeuse de rêves)

Waou ! 1,5% de ventes avoisinant les 30€ … Lorsqu’on fait le calcul, je comprends que certaines soient rapidement devenues riches ! Laisse-moi deviner … études en mathématiques fondamentales ? Enfin quoi qu’il en soit, c’est une très belle opportunité que tu m’offres là et je t’en remercie. Néanmoins, comme cette méthode implique un petit millier de ventes pour pouvoir se dégager … « un très très bon salaire » comme tu l’écris (en sachant que toutes n’achèteront pas forcément via le fameux lien affilié), je me disais ceci :

La marque a créé des produits innovants, tu en es persuadée et c’est tout à ton honneur. Le but maintenant est de passer de l’autre côté de la barrière et de persuader les autres, des êtres étranges que l’on nome plus communément « acheteurs potentiels », ou « cibles » (surtout chez les indiens et les jihadistes d’ailleurs). Et comme le dit ce vieil adage, il faut donner pour recevoir ! En d’autres termes, « offrir » un pourcentage de 1,5% sur de petites ventes (et encore … quand celles-ci sont passées avec le fameux lien) revient à réduire la taxe entubatoire à une phalange au lieu de 3 (beau geste mais ça irrite encore un peu). J’ose espérer que de ton côté, ton salaire ne se résume pas à 1,5% des bénéfices générés par les influenceuses sollicitées. Auquel cas, je comprendrais mieux la tendance « Marseillaise » de tes propos.

En conclusion, si la marque souhaite collaborer avec moi, ce sera avec joie mais sans préparation H.
Au plaisir de te lire »

.

« J’adore ton univers » … BLA BLA BLA … « la marque n’a pas de budget » … BLA BLA BLA … « alors, ça te tente ? »

Hello (prénom de la demoiselle payée par la marque sans budget)

Merci pour cette offre de partenariat si alléchante.

En revanche, quel dommage que tu ne puisses pas être rémunérée par la marque pour laquelle tu travailles ! As-tu déjà pensé à exprimer ton besoin de payer tes factures et d’acheter de la petite saucisse pour accompagner ton barbecue ? Il me semble en effet cavalier de proposer un troc cosmeto au boucher du coin pour se faire servir un bout de cochonnaille persillée. Je t’invite donc grandement à prendre ton courage à deux mains afin d’en toucher 2 mots à cette marque si pauvre et pourtant, aux bénéfices annuels grandissants.

Je suis de tout coeur avec toi et lorsqu’ils auront retrouvé le sou, nul doute que de mon côté, j’aurai retrouvé le temps à leur consacrer. 😉

Bisou (sans S à la fin, c’est pas l’Armée du Salut ici.)

.

Vous voici désormais prêtes pour répondre à ces diverses offres de partenariat, tout en vous amusant un peu. Évidemment, si d’aventure vous aviez des retours après avoir envoyé un mail de ce genre, (ce qui est plutôt rare), je serais curieuse et ravie de les connaître. Donc n’hésitez pas à m’en faire part en commentaire ou en privé. 😉

Sur ce … bon divertissement, et que l’inspiration soit avec vous ! 😉