Aaaahhhh, le BURKINI ! On nous sert le petit nouveau de la « mode » à toutes les sauces ! Chacun y va de sa petite vidéo ou de son petit article (moi aussi du coup, pourquoi s’en priver 😉 ), donnant ainsi son avis à qui veut bien l’entendre, assistant ensuite à l’inévitable déchaînement de masse entre les pro et anti burkinis.

(Au fait, c’est quoi un burkini ? C’est une combinaison de Ninja trop swag avec une madame joyeuse dedans ça !) 

État des lieux

C’est donc dans un climat social on ne peut plus tendu, et pour cause, que certaines ont décidé d’investir parc aquatique à Marseille ou autre crique Corse,  vêtues de leur capuche religieuse sous couvert de « droit à la pudeur ». En érigeant la liberté de chacun à s’habiller comme il l’entent, certains défendent fermement ce maillot d’un genre nouveau (en tout cas, c’est pour ma part la première année que j’en vois sur les plages … première année également que la population réfléchit à 2 fois avant de se rendre à un rassemblement type « feu d’artifice », l’on sait malheureusement tous pourquoi … mauvais timing ?! Coïncidence malheureuse ?!…) ; pendant que d’autres se consternent par tant de provocations ostentatoires sur les plages publiques (donc laïcs) françaises. Tantôt traité comme un sujet fashion, tantôt comme un sujet politique et bien-sûr, comme un sujet religieux, le burkini agace, fascine, divise ..

(et dire que pendant que certaines femmes en France se battent pour pouvoir librement afficher leur soumission à un dieu/à un homme, d’autres femmes en Corée du Sud militent et se battent contre la vente d’acides destinés à les défigurer ; vente à la gente masculine évidemment … Enfin … je pose ça là hein. Faites-en ce que vous voudrez —> on a les combats qu’on mérite _

A noter qu’au Burundi, c’est une loi visant à interdire les jupes trop courtes qui fait débat. Indéniablement, ce monde marche sur la tête).

Alors bon … prenons un peu de distance et observons ce raz-de-marré médiatique si vous le voulez bien.

La féminidiocratie

La féminidiocratie bat son plein pour cette fin des vacances 2016, volant par la même la vedette à notre très cher marronnier annuel, j’ai nommé : les fournitures de rentrée scolaire. Entre les culs-nus qui veulent imposer leurs poils et les masquées qui veulent imposer leur voile, j’avoue que mon cœur balance. Pour tout dire, j’aurais presque envie de me trimbaler sur les plages Cannoises, les palmes armées de cuissardes en latex SM, les paluches arborant de sublimes mitaines à plumes, et le torse à l’air, montrant ainsi mes belles balafres abdominales dans l’espoir d’attirer l’attention. Si avec tout ça j’termine pas au poste, je porte plainte.

Vous remarquerez tout de même comme il est étrange qu’un vêtement de plage aussi pratique, élégant et accordant une telle pudeur à la femme, soit pourtant l’objet de tout ce drame national, ce qui est clairement le paroxysme de la discrétion, vous en conviendrez. J’attends maintenant avec impatience la reprise de cette si belle combinaison religieuse des mers par nos amis les stylistes, toujours à la recherche de scandales … ET ON AIME CA ! (défilé Dior inspiré des clochards, défilé Rick Owens avec zobs à l’air, sweat Urban Outfitters faussement tâché de sang …). J’imagine alors avec bonheur et délectation tous ces burkinis agrémentés de petits poneys, d’arcs-en-ciel, de licornes (passage obligé), d’imprimés Star Wars (allons-y gaiement), de drapeaux américains (quand la provocation répond par la provocation) pour finir par du fashiono-trash, le burkini et ses deux empruntes de mains déposées au niveau de la poitrine et des fesses avec inscrit en gros « DON’T TOUCH ». J’en jouis d’avance ! ! ! Je vois d’ici les tabloïds pointer le bout de leur nez « Associations en colère contre cette mode qui ridiculise la religion ». Une fois le scandale oublié (3 jours plus tard), H&M prendrait alors le relai, commercialisant ces capes d’un nouveau genre, si discrètes, au doux prix de 129,95€ (oui mais ce serait des éditions limités, sobres et tellement distinguées, avec des fleurs Hawaïennes dessus), pour que la religion puisse ainsi s’exprimer en toute liberté libérale. La consommation ne fait-elle pas partie des valeurs si chères à tous ces livres pieux, quels qu’ils soient ? … 🙂

J’imagine enfin qu’il faudra changer de nom parce que bon, Burkini … c’est pas franchement vendeur. Mix de Burqa et de Bikini qui, je le rappelle, doit son nom (pour ce dernier) aux hasards du calendrier voulant faire coïncider « sortie du célèbre maillot 2 pièces rikiki » avec « premier essai nucléaire à Bikini en plein océan Pacifique ». Le Burkini, c’est d’la bombe bébé ! 😉 . On lui préfèrera alors d’avantage le nom de Pudkini (je ris … #Pardon) mix de pudeur et de bikini (oui, parce que moi j’aime bien quand-même, cette idée du nucléaire en fond sonore). Bon, je fais évidemment confiance à nos amis de la com’ pour nous trouver un beau slogan digne de ce nom ! (Le cheval c’est génial, le changement c’est maintenant … toussa tout ça …). —-> « Pudkini, souple et solide à la fois » .

Et de conclure …

… que tout cela m’a grandement divertie, surtout en lisant/visionnant tous ces discours démagos abscons à base de « non mais à ce compte-là, on n’a qu’à interdire les crocs aussi ! » Ô combien ridicules et hors sujet, mais ayant au moins le mérite d’abreuver en eau non potable le moulin « sujet caca qui planquera pendant quelques petites semaines les décrets d’application de la loi Travail publiés d’urgence en ce moment même ». Fin de ma phrase, il était temps.

Fin de l’article, il est temps.

Fin de la polémique, il serait grand temps. (après tout, nous sommes bientôt fin août BORDAIL, et d’autre part, il serait tout de même plus judicieux de prioriser tous ces plans d’actions menés par les autorités françaises. Genre, les fichés S en liberté ô combien plus dangereux que ces bouts de tissus merdiques qui, maintenant qu’ils ont bien été montrés du doigt, augmentent les risques de « troubles à l’ordre public » et vont faire naître chez les plus influençables, une vocation à l’imitation burkinatoire ! En outre, ne soyons pas aveugles/lâches/fainéants et gardons à l’esprit que derrière les burkinis/burqas se cache une idéologie religieuse radicale pas vraiment égalitaire et pas franchement gratifiante pour la femme, faisant par là même la part belle à ces Islamophobes dégénérés).

Oyez oyez, notez que le procès de la rixe de Sisco (l’histoire qu’il y a eu en Corse et qui a provoqué toute cette médiatisation autour du Burkini) se tiendra le 15 septembre (le même jour où a été lancé un appel au rassemblement contre la loi travail). La vie est parfois faite de jolis hasards n’est-ce pas ?… 🙂 Et à votre avis, de quoi parlerons les médias ce jour-là ?!… 😉


Et sinon, je recherche un peu de féminisme, du vrai, vous n’en auriez pas vu par hasard ?…

Et du bon sens … Non plus ?…


Quelques éléments de réflexion

« De même que je m’opposerai demain de toutes mes forces à un pouvoir qui obligerait les femmes à couvrir leur corps dans l’espace public, de même je m’oppose aujourd’hui à ce qu’on interdise sur les plages une tenue qui les couvre parce qu’elle serait liée à une religion ». Edwy Plenel – démagogue journaliste.

« Les partisans du burkini défendent-ils, au nom de la tolérance qu’ils invoquent, le port du string sur les plages saoudiennes ? » Raphaël Enthoven – philosophe

Le burkini n’est « pas juste une nouvelle gamme de maillots de bain », c’est « un projet de société » à combattre « sans arrière-pensées », sans « faire de l’islam le sujet des mois à venir ». Laurence Rossignol – Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes.

Enfin, un peu d’histoire pour se souvenir qu’un jour, la France (peuple à la base Germain païen) s’est battue dans le but de devenir un pays Laïque :

  • « L’Église [s’est] opposée aux républicains tout au long du XIXe siècle attaquant sans relâche le monde moderne, le libéralisme, la démocratie et la République, dans ses nombreux journaux, dans les prônes dominicaux et dans les encycliques pontificales ».
  • Extrait de la loi de 1905 séparant l’Église de l’État : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. […] »
  • Ferdinand Buisson […] est célèbre pour son combat pour un enseignement gratuit et laïque, à travers la Ligue de l’enseignement ; également grand commis de l’État, proche de Jules Ferry.
  • Évolution – réformes récentes :

« En 2000, l’article 30 interdisant l’enseignement religieux pendant les heures de classe dans les écoles publiques est abrogé (ordonnance 2000-549 du 15 juin 2000, article 7-24) ».

« En 2003, la loi subit un changement en ce qui concerne le port de signes religieux ostensibles à l’école. Cette suggestion a provoqué de nombreuses critiques dans certains milieux politiques français, qui craignent un retour à une union de l’État et de la religion, réintégrant ainsi la religion dans le domaine public ».

« En 2004, Sarkozy, s’interroge, sur une possible modification de la loi. Il propose de donner à l’État les moyens de pouvoir contrôler efficacement le financement des cultes ». (un peu comme lorsque la Religion et l’État ne faisaient qu’un … il y a plus d’1 siècle).

—> De là à dire que nous sommes en pleine régression, il n’y a qu’un pas.

JANIS-EN-SUCRE-thats-all-folks